Aller au contenu principal

Electrification rurale du Togo : Bientôt un appel d’offres ouvert aux entreprises nationales.

Publié le : 17 avr 2019

Une séance de travail s’est tenue le vendredi 12 avril 2019 au cabinet du ministère des mines et des énergies. Il s’est agi d’une rencontre d’information à  l’endroit des responsables des entreprises locales qui opèrent dans les énergies renouvelables sur  l’implication de celles-ci dans la nouvelle dynamique d’électrification du Togo et dans l’amélioration des conditions de délivrance des services énergétiques aux populations.

 

Dans les semaines à venir, le ministère en charge des énergies renouvelables envisage, initier un appel d’offres ouverts aux entreprises locales afin de délivrer les titres d’exercice aux soumissionnaires. C’est l’essentiel du message porté par le Directeur général des énergies, Abbas Aboulaye, aux responsables des entreprises locales au cours de cette séance de travail.

Le gouvernement tient à ce que les acteurs nationaux du sous-secteur des énergies renouvelables jouent pleinement leur participation dans la mise en œuvre de la stratégie d’électrification du Togo. Pour ce faire, sur instruction du Ministre des mines et des énergies, le directeur général des énergies, Abbas Aboulaye a convié les acteurs locaux à cette séance d’informations et d’échanges. Il était question également à cette rencontre d’échanger sur le rôle et la place des acteurs nationaux dans le processus d’électrification du Togo à l’horizon 2030.

Dans son mot introductif, Abbas Aboulaye a rappelé aux participants qu’en août 2018, le chef de l’Etat a promulgué la loi 2018-010 du 08 août 2018 relative à la promotion de la production de l’électricité à base des sources d’énergies renouvelables. «La promulgation de cet instrument juridique marque un tournant important dans le secteur de l’électricité_», a lancé le Directeur général des énergies avant d’ajouter que «cette loi vient clarifier les modalités d’exercice des activités dans le secteur».«Le nouveau cadre appelle pour certains d’entre vous à une réforme statutaire afin de vous permettre de saisir pleinement les opportunités offertes par la nouvelle loi et ses textes d’application», a-t-il  précisé. D’après lui, l’exécutif souhaite avoir  en face davantage des prestataires de services électriques que des vendeurs d’équipements.

Présents également à cette rencontre, le Directeur général de l’Agence togolaise d’électrification rurale et des énergies renouvelables (AT2ER), François Bolidja TIEM et le Directeur général de l'ARSE, Théophile Komla Nyaku.

Le Directeur général de l'Agence a, pour sa part,  rappelé aux participants que «les énergies renouvelables occupent une place importante dans la stratégie d’électrification dont s’est doté le gouvernement. Cette stratégie prévoit l’électrification d’une bonne partie de nos populations à partir de la technologie solaire, notamment les kits individuels et les mini-grids». Dès lors poursuit-il, «il faudra éviter des pratiques tendant à conduire nos compatriotes à douter de cette technologie». Aussi, indique-t-il, l’AT2ER travaille à mettre en place des standards de matériels pour éviter que certains opérateurs continuent de faire entrer sur le territoire des équipements de qualité douteuse.

La loi sur les énergies renouvelables prévoit deux titres d’exercice.  Il s’agit de la Licence et de la Concession. La licence est délivrée après un processus d’appel d’offres à des opérateurs chargés d’assurer des services d’électrification à travers les kits individuels ou des mini-grids. La concession, quant-à elle, est destinée aux exploitants d’installations de production d’énergie électrique raccordée au réseau national.

Top